Bienvenue dans notre chronique hebdomadaire !

Pourquoi 52 nuances de vert ? Parce qu’il y a 52 semaines dans une année et que – vous vous en doutez – c’est notre couleur préférée ! 

Chaque semaine, on va partager avec vous notre découverte du moment en lien avec un mode de vie plus durable. Documentaire, invention, technique, livre, exposition… Vous découvrirez tout dans notre billet d’humeur !

Et surtout, vous pourrez nous donner votre avis et le partager autour de vous. Parce que le plus important, c’est de faire passer le message et de dire pourquoi c’est important et en quoi ça a un impact positif sur vous, votre environnement et notre planète.

THE MAINICHI – LE JOURNAL À PLANTER

Cette semaine, allons faire un tour au Japon où une fois que vous avez lu votre journal, vous pouvez le planter pour qu’il produise des plantes. Hé oui, les Japonais ont tout compris !

Comment ça marche ?

The Mainichi, c’est plus de 4 millions de journaux imprimés chaque jour. De quoi recouvrir tout le Japon de verdure !

Chaque exemplaire est fait d’un mélange de papier recyclé, d’eau, de graines et d’une encre qui fait office de fertilisant naturel.

Après l’avoir lu – et au lieu de le jeter – il suffit de l’émietter, de l’enfouir sous la terre, d’arroser le tout et d’attendre qu’il pousse !

Pourquoi ça nous plaît ?

Parce que la démarche est à la fois poétique, écologique et durable. L’action de The Mainichi crée un cercle vertueux où l’arbre se transforme en journal et redevient plante. Quand poésie et écologie se mêlent, on est conquis !

L’action est également importante d’un point de vue citoyen. C’est la première fois que l’on voit un acteur majeur d’une presse nationale faire le choix de s’engager ouvertement en faveur de l’écologie.

Au-delà de ce choix engagé, The Mainichi réalise une fabuleuse prouesse : il transforme ses lecteurs en acteurs du changement puisque c’est eux qui vont planter leurs journaux dans tout le Japon.

Qu’est-ce que ça peut changer ?

Dans un monde où la presse papier est en déclin, The Mainichi ouvre des pistes de réflexion quant à son renouveau. Au lieu de vouloir changer le fond de l’information à tout prix, ne pourrait-on pas en changer la forme ?

Imaginez un peu, vous plantez Le Monde sur votre balcon et deux semaines plus tard, vous récoltez une belle poignée de radis. Peut-être que la clé pour détourner les lecteurs de la presse digitale est là : devenir un média militant pour la protection de l’environnement et impliquer son lectorat dans cet engagement à travers des actions concrètes.

Si cela peut permettre de planter la graine de l’importance du recyclage dans l’esprit des citoyens petits et grands, nous, on dit oui !

À la semaine prochaine !

Marion, pour Out of the Box